Démarche

La démarche de Julie Roch-Cuerrier s’intéresse au passage du temps comme sujet vivant et aux processus temporels et transformationnels de la matière. Grâce à différents types de médiums dont la sculpture, la photographie et l’installation, elle explore comment les matériaux peuvent être porteurs de sens, invitant le spectateur à construire un tout à partir d’éléments clés distincts. Prenant la forme d’un ensemble d’expérimentations, son travail est un processus de rencontres et de transformations, par lequel différentes manières d’être émergent dans un rapport de réciprocité. Grâce à ses compositions sculpturales et visuelles, elle se questionne sur l’agentivité des objets, l’aspect transitionnel de la matière, et la spectralité des espaces où se croisent le vivant et le non-vivant. 

Depuis quelques années, les recherches de Roch-Cuerrier portent essentiellement sur les potentiels d’interprétation et de reconfiguration du temps. La temporalité tend à devenir une donnée malléable, définie du point de vue de notre conscience de la durée. Ses œuvres réfléchissent à cette possibilité de matérialiser le temps, en soulignant l’intime sensation que nous pouvons en avoir. L’œuvre se révèle à travers un jeu entre l’infiniment petit et l’infiniment grand, explorant le changement des objets en relation avec la matérialité du vieillissement. Imaginées comme des rencontres contemplatives, ses œuvres visent à engager le public dans une expérience de longue durée, qui évoque l’idée d’un rythme de temps partagé. 

Dans ses projets les plus récents, Roch-Cuerrier approfondi ses expérimentations à travers un nouveau concept: la corespiration. Le mot co-respiration évoque pour elle un dialogue ou une relation intime, un événement silencieux, mais fondamental, dont le préfixe implique un avec ou un ensemble. Grâce à son dernier corpus, elle tente de définir et de traduire visuellement cette notion de corespiration. Ses recherches se tournent ainsi vers une unité de mesure du temps bien particulière et unique à chacun: l’acte de respirer. La corespiration évoque l’idée d’une réalité commune qui évolue lentement, une respiration à la fois.

Julie Roch-Cuerrier, vue d’atelier, 2020